Le mémoire: premiers pas…premières réponses

– sujet de mon travail :

La classe virtuelle dans la formation en FLE à distance

Atouts, limites et perspectives

Cas du français langue étrangère à l’Université de Bretagne Sud

 

– questions de départ :

La classe virtuelle améliore-t-elle la formation en langues à distance?

La classe virtuelle est-elle une avancée réelle dans la formation en langues à distance ?

La classe virtuelle est-elle un levier du changement pédagogique ?

 

– état d’avancement de mon travail : 

J’ai choisi un thème de recherche et j’ai commencé à recenser les écrits qui concernent ce thème. Je suis à présent dans l’étape d’exploration : lectures et entretiens exploratoires auprès d’étudiants et d’enseignants. J’ai déjà lu plusieurs sources et rédigé des fiches de lecture . Je vais poursuivre mon travail par la rédaction de la problématique afin de présenter ce que l’on sait sur  le thème et formuler un problème de recherche.

 

 

– difficultés éventuellement rencontrées :

Je manque de temps libre pour m’investir dans ce travail…

 

– principales lectures et références en lien avec ma thématique :

-Tâches et scénario de communication dans les classes virtuelles

Charlotte Dejean (université du Maine), François Mangenot (université Stendhal – Grenoble 3)Les Cahiers de l’Asdifle n°17, Paris, Association de didactique du FLE.

-Nissen, E. Formation hybride vs. présentielle en langues : effets sur la perception des apprenants liés au mode de formation et à l’encadrement pédagogique. Les Cahiers de l’Acedle6(1), 197-220. Consulté de http://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00785927

-Nissen, E. Accompagnement dans une formation à distance et dans une formation hybride: Analyse de pratiques. Dans Dispositifs médiatisés en langues et évolutions professionnelles pour l’accompagnement-tutorat (p. 191-210). édition CEGES. Consulté de http://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00785937

-Degache, C., & Nissen, E. Formations hybrides et interactions en ligne du point de vue de l’enseignant : pratiques, représentations, évolutions. Alsic. Apprentissage des Langues et Systèmes d’Information et de Communication11(1), 61-92. Consulté de http://alsic.revues.org/797

-Nissen, E. Scénarios de communication en ligne dans des formations hybrides. Le Français dans le Monde. Recherches et ApplicationsLes échanges en ligne dans l’apprentissage et la formation(40), 44-58. Consulté de http://edutice.archives-ouvertes.fr/edutice-00120446

-Nissen, E. Modalité d’interaction humaine dans la formation en ligne : son influence sur l’apprentissage. Savoirs. Revue internationale de recherches en éducation et formation des adultes, (8 Analyse de l’activité et formation), 89-106. Consulté de http://edutice.archives-ouvertes.fr/edutice-00001447

-Mangenot, F. Introduction. Du e-learning aux interactions pédagogiques en ligne. Dans E.Nissen, F. Poyet, & T. Soubrié (éd.), Interagir et apprendre en ligne (p. 7-20). Grenoble: Ellug.

-Nissen, E., Poyet, F., & Soubrié, T. Intéragir et apprendre en ligne. Grenoble: Ellug.

Marquet, P., & Nissen, E. La distance en formation aux langues par visioconférence : dimensions, mesures, conséquences. Alsic. Apprentissage des Langues et Systèmes d’Information et de Communication6(2). Consulté de http://alsic.revues.org/2205

-Mônica Macedo-La visioconférence dans l’enseignement Ses usages et effets sur la distance de transaction (Cairn-info)

 

Publicités

-Diagnostic et montage de projet de tutorat second

Dans le cadre du cours de Madame Soussan intitulé « Problématique du tutorat en e-learning », il nous est demandé de réaliser un diagnostic et un montage de tutorat second:  » Vous établirez, pour une formation donnée, un diagnostic des besoins en tutorat. Sur ces bases, vous établirez un projet de tutorat et une feuille de route pour sa mise en œuvre. »

Voici les premiers éléments de mon travail:

1.Le contexte

La formation pour laquelle je souhaite proposer un diagnostic et un montage de projet de tutorat second est dispensée à l’Université de Bretagne Sud (UBS), sur le site de Lorient.

2.La formation

Tous les étudiants non francophones ont la possibilité de bénéficier de cours de français sur objectifs universitaires Le F.O.U est une déclinaison du Français sur objectifs spécifiques (F.O.S). Il a pour objectif d’assurer l’intégration des étudiants allophones dans le monde universitaire français ou francophone.

LA formation en F.OU de l’UBS est un dispositif hybride : les cours en présentiel ont lieu une fois par semaine, le soir, de 18 heures à 20 heures. Ils sont animés par des enseignants en français langue étrangère. Ce cours hebdomadaire en présence est  articulé à des modules e-learning proposés sur la plateforme Moodle à l’adresse suivante http://foad.univ-ubs.fr.

Les étudiants y réalisent l’ensemble des exercices en autonomie complète. Ils ont pour contrainte de respecter un calendrier de travail donné en début de semestre par l’enseignant. Chaque semaine de travail en autonomie s’achève sur une séance en présentiel qui revient sur les contenus vus à distance.

3.Le public cible

 Le public cible de cette formation hybride en F.OU est composé d’étudiants et de doctorants étrangers de l’université. Les trois classes constituées après le test de positionnement sont des groupes intercomposantes. Ils sont inscrits à :

 La Faculté de Lettres, Langues, Sciences Humaines et Sociales   
 La Faculté de Sciences et Sciences de l’Ingénieur   
 L’IUT de Lorient       
 L’ENSIBS – Ecole Nationale Supérieure d’Ingénieurs de Bretagne Sud

Pour la plupart, ils ont fait le choix de suivre cette formation hybride car étant étudiants à temps plein ou doctorants, ils ne peuvent assister aux cours du programme intensif (20 heures par semaine).

4. Besoins en tutorat :

Les besoins en tutorat second de ce public spécifique peuvent répartis en cinq catégories différentes :

  •  Tutorat général: Dès son arrivée, l’étudiant étranger a besoin de comprendre l’organisation de l’université, de ses différentes facultés et départements, le fonctionnement du calendrier, les modalités des examens.
  • Tutorat méthodologique interdisciplinaire: L’étudiant étranger doit être initié à la méthodologie universitaire « à la française » : faire une recherche, rédiger un résumé, faire un exposé, se préparer aux examens, etc.
  •  Tutorat linguistique : Les étudiants doivent combler leurs lacunes linguistiques (lexique, grammaire, phonétique) pour pouvoir suivre les cours de la filière dans laquelle ils sont inscrits.
  • Tutorat socio-culturel : Un grand nombre d’étudiants étrangers vivent un choc culturel, à leur arrivée. Ils avouent éprouver  du stress, de l’anxiété, de la tristesse, et parfois même un rejet de la culture du pays qui les accueille. Ils acquièrent  généralement sur le tas et en situation de contact les savoirs, savoir -être et les savoir-faire indispensables à l’équilibre interculturel. Pour beaucoup, cette acquisition d’un ensemble de savoirs est souvent marquée par des incidents douloureux…. Le tuteur peut leur proposer un accompagnement interculturel.
  • Tutorat technique : Il s’agit d’aider les étudiants dans leur processus d’appropriation des outils technologiques : savoir accéder à la plateforme Moodle, s’inscrire aux cours à distance, remettre des devoirs dans les espaces dédiés, participer aux forums et aux chats, etc.

Réflexion autour de la notion de plurilinguisme

Dans le cadre du cours »approches sociolinguistiques en didactique des langues » Mr Maxime Lejeune, notre enseignant, nous a demandé de:

-choisir un document parmi ceux étudiés en cours

– d ‘identifier une problématique et la résumer

-proposer et  développer une réflexion à partir de cette problématique.

Voici mon travail:

Choix du document :

Cavalli, M., Coste, D., Crisan, A., & van de Ven, P. H. (2009). L’éducation plurilingue et interculturelle comme projet. Langues dans l’éducation, langues pour l’éducation–plateforme de ressources et de références pour l’éducation plurilingue et interculturelle.

Identification de la problématique :

Quels sont les enjeux d’une éducation plurilingue et interculturelle  inclusive (école et famille)?

Résumé : L’éducation plurilingue et interculturelle a longtemps été considérée comme un projet pour l’école essentiellement porté par les professionnels de l’éducation : enseignants, éducateurs, formateurs, etc. Dans l’article cité ci-dessus, les auteurs caractérisent cette éducation comme un processus en œuvre dans le cursus scolaire et en milieu scolaire. La recherche scientifique (chercheurs en éducation et chercheurs en sciences du langage) a récemment  montré l’importance  de l’implication des parents et la nécessité d’une approche collaborative (parents-enseignants) pour la construction d’une société interculturelle. La réflexion que je souhaite mener porte sur les enjeux sociaux, cognitifs, psychologiques et éducatifs de cette démarche incluant les familles dans le développement de la compétence plurilingue et de la compétence interculturelle.

Réflexion autour de cette approche inclusive:

Les enjeux sociaux :

Cette approche inclusive qui vise à intéresser les enfants, citoyens de demain, aux langues et cultures qui composent les sociétés dans lesquelles ils grandissent, favorise le vivre ENSEMBLE. Les attitudes envers la diversité et les minorités évoluent positivement. Des liens se créent entre les personnes et les nombreuses communautés linguistiques et culturelles de nos sociétés actuelles. De plus, les parents issus de la migration ou de classes sociales défavorisées, qui se trouvent souvent en insécurité linguistique et symbolique vis à vis de l’école, osent aller à la rencontre des enseignants et participer à des activités scolaires.

Les enjeux cognitifs :

Cette participation des parents aux activités scolaires établit une relation de confiance réciproque entre les familles et les professionnels de l’enseignement : professeurs, éducateurs, formateurs, etc. L’enfant peut ainsi créer des liens entre les connaissances développées en classe, celles apprises à la maison et dans son environnement social.

Les enjeux psychologiques :

La valorisation par les enseignants et par la famille des appartenances culturelles variées et des différentes langues de l’enfant aide ce dernier à se construire pluriel pour évoluer dans un monde multiculturel et plurilingue. En outre, cette approche favorise l’estime de soi et la confiance en soi. Ces deux compétences sont indispensables pour permettre à l’enfant de réussir sa scolarité et envisager sa vie professionnelle avec sérénité.

Les enjeux éducatifs :

Travailler avec les parents permet aux professionnels de l’éducation d’adopter un autre regard sur la pluralité des cultures et des langues présentes dans leurs classes.

La formation à l’éducation plurilingue et interculturelle des acteurs du milieu éducatif est  enrichie par l’apport de nouveaux outils et stratégies impliquant les familles.

En éduquant ensemble les citoyens de demain, les familles et les enseignants donnent plus de sens à l’école, en lien avec des enjeux de société comme la lutte contre les inégalités scolaires et contre l’échec scolaire.

Bibliographie et sitographie :

-Cavalli, M., Coste, D., Crisan, A., & van de Ven, P. H. (2009). L’éducation plurilingue et interculturelle comme projet. Langues dans l’éducation, langues pour l’éducation–plateforme de ressources et de références pour l’éducation plurilingue et interculturelle.

– Feyfant, A. (2015). COÉDUCATION: QUELLE PLACE POUR LES PARENTS? Institut français de l’éducation.

-Apprendre par le plurilinguisme

http://ic2012.u-grenoble3.fr/OpenConf/papers/45.pdf

-Enjeux sociaux et culturels du plurilinguisme

http://www.culture.gouv.fr/culture/editions/documents/cr124_p30.pdf

-Observatoire européen du plurilinguisme

http://www.observatoireplurilinguisme.eu/

-Centre européen pour les langues vivantes

http://www.ecml.at/

-Cadre de référence pour les approches plurielles

http://carap.ecml.at/

Le fil du bilingue

http://lefildubilingue.org/outils/dossiers-thematiques-et-disciplinaires/enseignement-bi-plurilingue-et-approches-plurielles

Brainstorming et période de doutes et d’angoisse…

Comme beaucoup de mes camarades, j’ai bénéficié des conseils et remarques de notre enseignant, Mr Bernard, sur nos propositions de sujets de mémoire.

Commentaires de Mr Bernard sur mes propositions de sujets de mémoire:

Bonjour,

Je ne serai pas très long sur vos propositions car mes remarques recouperont celles que j’ai déjà faites sur d’autres sujets :

  • Vos deux sujets entrent parfaitement dans le cadre du mémoire de recherche du master
  • Ils ne sont pas problématisés pour le moment. Vous n’annoncez, dans leur libellé actuel, que des descriptions. Les lectures que vous ferez sur le sujet choisi vous permettront de voir apparaître ce qui mérite d’être discuté. 

De manière générale, observez la manière dont vous posez vos questions : une question commençant par « comment » ne peut pas être problématique, puisque vous vous proposez seulement de montrer la manière dont vous arrivez à un résultat. Même remarque pour la seconde série de questions : « Quels avantages ? Quels enjeux ? Quels freins ? Quelles difficultés ? » Ce ne sont pas des questions autour desquelles on peut organiser une discussion. L’évocation de « freins » amorce une réflexion critique mais il faut aller plus loin et envisager de manière plus déterminée les arguments qui pourraient être opposés à cette utilisation de la visioconférence (coût ? mauvaise qualité du son ? interactions incomplètes ? etc.)

Bien à vous. 

Dans un premier temps, j’avoue avoir été quelque peu déroutée par sa réponse. Ensuite, j’ai repris le cours de mes réflexions er essayé de définir une problématique et non plus une description. Cette démarche m’a amené à préciser et à modifier mon sujet: (enfin, je l’espère…)

La visiocommunication pour l’évaluation de l’oral dans les certifications en langues :

Effets, potentialités et limites. (Perspective analytique et critique)

-Mots-clés : visiocommunication, évaluation, certification, production
orale, interaction orale.

-Définitions :
Visiocommunication : communication synchrone à distance avec réception de
la voix et de l’image de l’interlocuteur.
Certification : évaluation standardisée et internationalement reconnue,
effectuée par des organismes indépendants (CIEP, ETS, etc.)

A présent, nous attendons impatiemment de savoir quel enseignant acceptera d'encadrer notre mémoire!

Evolution et suivi du projet de visio…

Notre projet de visiocommunication sur le sujet de la classe inversée avance et se précise.

Lors de notre deuxième rencontre virtuelle, nous avons fait le point sur nos recherches documentaires et nous avons ainsi pu préciser notre problématique qui se définit ainsi:

La classe inversée: effets, potentialités et limites. (perspective analytique et critique)

Nous avons chacune choisi le rôle qui nous convenait le mieux, en fonction de nos compétences et intérêts.

Pour ma part, je serai chargée de communication et à ce titre je me chargerai de concevoir une affiche, de créer un blog et d’annoncer publiquement notre visio sur les différents réseaux sociaux

( Twitter, Facebook et Linkedin).

Nous sommes en attente de réponses de la part de nos intervenants qui tardent à nous donner leur accord…Éloïse Dufour, Bruno Dechauvelle et Marcel Lebrun.

J’ai la chance de rencontrer personnellement le GRAND MARCEL LEBRUN le 4 mars pour une conférence qu’il anime sur mon lieu de travail!

Voici le programme de cette journée à l’Université de Bretagne Sud:

http://www.univ-ubs.fr/journee-speciale-apprendre-a-l-horizon-2035–441954.kjsp?RH=UBS_FR

 

Visiocommunication

Dans le cadre du cours de visiocommunication, il nous est demandé de:

  • Contribuer à la mise en place d’une visioconférence dans une chaîne de production vidéo (élaboration d’un synoptique technique).
  • Savoir animer une visiocommunication en situation réelle dans le cadre d’une journée d’étude ou d’un séminaire.

Nous avons formé un groupe de quatre: Emilie , Latifa, Catherine et moi

Nous avons démarré notre travail collaboratif par la création d’un espace réservé à nos échanges sur le forum du cours.

Après plusieurs échanges asynchrones, nous avons retenu un thème général:

La classe inversée.

Nous nous rencontrons toutes dès demain pour un échange synchrone via Google hangout.

Nous avons sélectionné quelques supports pour préparer cette rencontre et définir notre problématique.

En voici 3 : une vidéo sélectionnée par Catherine et un article que j’ai choisi:

http://educavox.fr/formation/analyse/classes-inversees-etendons-et-systemisons-le-concept

http://videocampus.univ-bpclermont.fr/?v=Bl4Ex9lhyldL