-Compte-rendu de mission

La mission que j’ai retenue  porte sur Le MOOC « Enseigner et former avec le numérique en langues ». Ce MOOC a été conçu et animé par l’équipe du Laboratoire de linguistique et didactique des langues étrangères et maternelles (Lidilem) de l’université Stendhal de Grenoble et de L’ENS Cachan. J’ai suivi ce MOOC d’octobre à décembre 2014 et obtenu une attestation  finale de réussite.

Contexte : J’ai choisi cette mission car le MOOC « EFAN langues » est le premier MOOC français de « qualité » permettant de découvrir plusieurs approches innovantes d’enseignement-apprentissage des langues avec le numérique et de les mettre en œuvre facilement dans ses classes. De plus, j’ai particulièrement apprécié le dynamisme des partages d’idées pédagogiques et d’expériences entre les participants (enseignants et apprenants). Nous sommes 4000 à l’avoir suivi et ce chiffre élevé prouve qu’il a répondu à des besoins évidents de la part des enseignants en langues (principalement). Un sondage réalisé auprès des participants par l’équipe du Lidilem montre que 68% des inscrits sont des enseignants de langues. On trouve également :

  • des formateurs d’enseignants (21%),
  • des concepteurs de dispositifs de formation (21%),
  • des responsables pédagogiques (15%),
  • des étudiants (14%),
  • des chercheurs (9%),
  • et des enseignants d’autres disciplines (7%).

Résumé : L’objectif général de ce MOOC est d’apporter des savoirs et de développer des savoir- faire chez les enseignants pour qu’ils puissent concevoir et mettre en œuvre des tâches pédagogiques d’apprentissage des langues intégrant de façon cohérente et raisonnée des outils et ressources numériques. Le MOOC « EFAN langues »  transmet des connaissances dans quatre domaines différents :

  • les formations hybrides en langues
  • la télécollaboration
  • l’intercompréhension en langues
  • Le Web social

Points intéressants Point n°1 : articulation présence/distance dans les formations hybrides Les formations hybrides en langues (FHL) sont nombreuses mais elles restent pour le moment encore peu questionnées et décrites. Ce Mooc propose de dans un premier temps de définir ce qu’est une FHL et quelles sont les motivations  de ceux et celles qui souhaitent en mettre une en place. Dans un deuxième temps, la question cruciale de savoir quoi faire en présentiel  et quoi à distance est posée. Plusieurs exemples concrets sont proposés pour démontrer qu’il n’existe pas LA bonne solution, mais DES solutions  adaptées selon les objectifs, le public et  le contexte de la formation. En effet, l’articulation peut se faire à différents niveaux et de différentes manières. Pour conclure cette partie sur les FHL, les particularités du  présentiel et du distantiel dans une formation hybride sont analysées. On apprend que le présentiel a pour objectif majeur de développer les aspects socio-affectifs tandis que les avantages du distantiel sont liés principalement liés à la rupture  de l’espace et à la rupture de l’unité de temps pour les activités.  Point n°2 : Classement des outils du web social pour l’enseignement des langues Le MOOC « EFAN Langues » nous propose un classement « intelligent » d’applications du Web social « réellement » utilisables en pédagogie. L’intérêt de quatre grandes familles d’applications est évalué selon trois critères didactiques :

  • Le degré de guidage des productions par l’outil utilisé (guidage par la technologie, les formulaires, les contraintes d’écritures)
  • Le lien lecture / écriture (Textes à lire similaires à ceux qu’il faut écrire)
  • La problématique de la diffusion : Qui va lire ? Qui va interagir ? Qui va partager ?

Les quatre grandes familles de sites auxquelles ces critères sont :

  • les réseaux  sociaux généralistes,
  • les outils de création ou de dépôt multimédia,
  • les sites d’échanges  thématiques
  • les sites d’humour.

Les résultats de ce classement sont proposés sous forme d’un tableau très lisible.

Conclusion : le MOOC Enseigner et former avec le numérique en langues, produit par l’ENS Cachan et l’université Stendhal de Grenoble est, selon moi, un MOOC réussi car très complet et très bien construit : des ressources de qualité, des intervenants expérimentés, des services d’accompagnement à distance efficaces et une structure bien pensée. Ce MOOC a non seulement apporté des savoirs et des savoir-faire mais il a aussi permis de fédérer une large e-communauté d’enseignants en langues souvent peu nombreux dans un même établissement à partager cet intérêt pour les approches innovantes d’enseignement-apprentissage avec le numérique.

Publicités

-Regard critique sur les MOOC

Dans le cadre du cours de Jean-François Terret, il nous est demandé de participer activement au forum…Comme la grande majorité de mes camarades, je suis en ce moment très, très occupée…le Master, le travail et la vie quotidienne. J’essaie cependant de trouver un moment pour réfléchir à la problématique soulevée par notre enseignant:« les effets, positifs ou non, des MOOC sur la e-formation, sujet essentiel car il importe d’avoir un point de vue, un regard critique sur cette évolution encore récente »

J’ouvre la discussion sur le sujet proposé par notre enseignant: Mooc, effets positifs et effets négatifs

J’aborde les effets positifs et conclus par une remarque d’une chercheuse  qui amènera peut-être des réactions de votre part…

MOOC : effets positifs

  • @Rassemblent un grand nombre d’apprenants
  • @Proposent des cours libres et gratuits (certifications souvent  payantes)
  • @donnent à chacun un outil d’accès au savoir démocratisé.
  • @Offrent des parcours professionnalisants (Udacity, Coursera)
  • @S’adaptent à l’enseignement supérieur (en retard en matière d’e-formation..)
  • @Et redorent le blason (un peu terni) de l’enseignement en ligne !

« Le grand mérite des Mooc, au-delà de l’effet de mode, aura été de donner ses lettres de noblesse à l’enseignement en ligne, jusqu’ici mal vu par les plus prestigieuses institutions, déclare Michelle Weise, chercheuse au Christensen Institute. Ces cours ont permis d’ouvrir les yeux sur la redondance de l’enseignement actuel. Les modèles du type ‘flipped classroom’, où la classe est un espace de discussion, de travaux de groupe, tandis que l’apprentissage se réalise chez soi, en ligne, à son rythme, se sont beaucoup développés aux États-Unis, grâce aux Mooc. »

Source : http://www.letudiant.fr/educpros/actualite/les-etats-unis-deja-dans-l-apres-mooc.html

Evaluation des contenus et des projets

Je viens de rendre mon premier travail écrit dans le cadre du cours de Jean-François Terret:

mon étude de faisabilité du projet de formation hybride  (sujet de mon stage du master AIGEME)

Ce cours est composé de quatre blocs:

1. Principes de l’ingénierie d’e-formation 2. La médiatisation des contenus 3. Conception de projet -E-formation et 4. évolution de l’E-formation.

.Nous devons rendre différents travaux:

« Etude de faisabilité » (4 points) et « Fiche de projet » (8 points) ; Compte-rendu de mission (4 points) ; Participation aux thèmes de discussion (4 points).

En tant qu’étudiante à distance, j’apprécie tout particulièrement:

  •  Les consignes claires et précises (intitulés des devoirs et dates de remise des travaux)
  • La  présentation structurée des activités du cours (découpage en séquences avec progression hebdomadaire)
  •  et l’ approche pédagogique interactive. (réactivité sur forums, exercices en ligne)

Monsieur Terret crée du « lien » avec ces étudiants et nous avons vraiment besoin de cet accompagnement à distance…